« Non, ma fille, tu ne seras pas photographe » 

Dolorès Marat est née et travaille à Paris. Photographe indépendante, elle continue sa recherche au détriment des modes et des genres. Son travail d’auteur utilise uniquement le procédé de tirage Fresson. Elle a publié de nombreux livres de son travail personnel et répond aussi à des commandes privées.

Quand on regarde ses photos pour la première fois, on ne peut s’empêcher de ressentir quelque chose de très fort. Entre la contemplation et l’orage permanent de la vie, on navigue dans un univers onirique, coloré et inspirant.

d-_marat

Quand on est toujours observatrice de ce qui se passe autour de soi, qu’est-ce qui fait qu’on s’arrête pour faire une image ?   Une émotion avant tout. Bien sûr, il faut qu’il y ait une belle lumière, de belles couleurs, un beau sujet. Mais il faut d’abord avoir un choc au cœur. Je ne peux pas déclencher si je ne ressens pas quelque chose de fort. Je suis incapable de faire une photo pour faire une photo. Combien de fois ça m’est arrivé qu’on me dise : « Tiens t’as vu comme c’est beau ? Fais une photo ! » Mais je ne peux pas faire l’image si je n’y vois rien.

Avez-vous toujours un appareil photo sur vous ?  J’ai souvent dit que j’étais 24h/24 en photo. Toute la journée, je réfléchis photo et la nuit, il m’arrive de faire des cauchemars de photo : je découvre un trou dans mon appareil, je vais à un rendez-vous et j’oublie les bobines, mon appareil se casse. Au début, j’étais tellement contente de faire des photos que je dormais avec mon appareil photo. J’ai fini par me dire que j’étais folle et que j’allais le casser comme ça. Donc maintenant je le mets sur ma table de chevet.

dolores-marat-16

Est-ce que vous avez fini par dire à votre mère, ça y est je suis photographe ?  Non jamais. Quand je lui ai donné mes livres, elle m’a regardé, elle n’a rien compris, et elle m’a dit :

  • – Ça te sert à quoi ?
  • – À rien maman.
  • – Mais pourquoi tu le fais ?
  • – Parce que ça me fait plaisir !
  • – Tu gagnes des sous ?
  • – Non maman.

Elle n’a jamais compris cette passion que j’avais. Une fois je lui ai dit timidement : « Tu sais, je suis un peu connue dans la photo. » et la seule chose qu’elle m’ait répondu c’est : « T’es passée à la télé ? »

dolores-marat_01

Website du Photographe

Une réaction

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s