Photographe à la Une. Jonathan Higbee

Jonathan est né en 1981 dans le Missouri, mais c’est à New York qu’il a préféré déménager pour pratiquer la photographie. Il a découvert cet art à son 8e anniversaire, quand on lui a offert son premier Polaroid. Les autres activités artistiques qui l’animaient alors comme le théâtre, la guitare ou encore le chant sont devenues secondaires pour lui.

Avant de partir pour l’aventure new-yorkaise, Jonathan s’est installé à Los Angeles où il a trouvé un job de rêve : rédacteur en chef pour un magazine LGBT, Instinct. Il nous raconte son expérience ainsi : « C’était fondamentalement un travail de rêve. En peu de temps, je parcourais le monde pour rendre compte aux lecteurs de diverses destinations de voyage. » Il réalisait alors des récits, mais également des photographies pour documenter les différentes cultures qu’il découvrait.

f446e68f87f909f5d4e52bfafcccd80d

Pour pouvoir photographier ce qui lui plaisait et faire de la photographie sa passion, Jonathan Higbee a décidé de s’installer à New York, royaume de la street photography selon lui. En effet, l’énergie et le bouillonnement de la ville lui ont fait peur au début, mais il a réussi à maitriser l’angoisse en faisant des photographies de rue drôles et inattendues.

Le photographe nous explique ce besoin de photographier ce qui l’entoure : « Faire ces images (et les voir) m’a appris que si je peux me libérer des attentes, de l’angoisse par rapport au futur, m’inquiéter du passé, si je peux me débarrasser de tout ce bagage et essayer de voir le monde tel qu’il est même pour un moment, je me souviendrai de la beauté, de l’émerveillement et de l’humour du chaos de la vie. C’est très thérapeutique pour moi. »

higbee-10

C’est ainsi que le photographe a débuté sa série Coincidences : « Les coïncidences ont commencé comme ma façon de traiter la surcharge sensorielle et le chaos de déménager à Manhattan », nous explique le photographe. L’appréhension de cette nouvelle vie dynamique a été surmontée grâce à ses photographies qui lui ont permis d’apprendre à connaitre la ville.  Maintenant, il adore cette mégalopole de la côte est et n’imagine pas habiter ailleurs : « Je crois vraiment que je n’aurais pas pu créer cette série dans une autre ville que New York. Il a une énergie distinctive que je n’ai jamais ressentie nulle part ailleurs sur la planète. »

« La photographie de rue est une philosophie, un mode de vie. »

Le processus de création de ces photographies n’est pas aussi simple que l’on peut le croire. Il ne suffit pas d’être au bon endroit au bon moment. Il faut repérer les lieux photogéniques, les publicités à portée des passants, ou encore les évènements qui rassemblent un grand nombre de personnes. Le tout est de sortir et observer. Et si l’on a repéré une fumée, une affiche spéciale ou encore une fête foraine pas loin, le tout est de revenir souvent et d’attendre le moment propice. Une des photographies lui a pris plus de trois mois. Ainsi, le maitre mot en street photography est la patience.

higbee-4

Depuis, Jonathan sort toujours avec son appareil photo à la main, un Leica Q en l’occurrence, le meilleur pour la street selon lui. Au début, il a également complété la série avec un Sony A7R2. Son objectif fétiche reste un Leica Elmarit-M 28mm f/2.8. Sa série est encore en cours de réalisation, et le sera jusqu’à ce qu’il s’en lasse, c’est-à-dire pas tout de suite.

0-47

Jonathan Higbee a beaucoup de projets pour cette série à succès qui l’a fait connaitre dans le monde de la photographie. Un livre est en préparation et une tournée de discussion vient de commencer pour partager sa passion avec le plus grand nombre. Malheureusement il ne passe pas en France tout de suite.

_DSF7700

Cependant, si New York est la capitale de la photographie de rue, Paris est pour Jonathan son « autre ville préférée pour faire de la photographie de rue ! » On risque de voir débarquer bientôt ce photographe talentueux dans les rues de la Ville lumière. De plus, d’autres séries similaires sont en préparation, mais dans d’autres villes du monde.

N’hésitez pas à suivre les travaux de Jonathan Higbee sur son site et son compte Instagram pour ne rien louper de ses moments insolites new-yorkais et peut-être bientôt parisien.

Source PhotoTrend

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s