Richard Prince sur Instagram : #escroc ou #génie ?

En 2015, l’artiste Richard Prince exposait sa série « New Portraits » dans une galerie new-yorkaise. Rien de plus normal pour un artiste nous direz-vous ? Oui, à un détail près, l’exposition mettait en avant des portraits publiés sur le réseau social Instagram par des utilisateurs lambda, sans aucune relation avec Richard Prince. Les photos, imprimées en grand format après avoir retiré les commentaires des instagrammeurs, portaient toutes un commentaire ajouté par l’artiste.

7_Prince-Richard_Gagosian-810x477

La démarche artistique consiste dans  le repérage de portraits sur Instagram, réseau social basé sur la publication d’images. La première étape de son travail d’artiste repose sur un commentaire « posté » sous la photo simulant un lien de proximité avec l’auteur de la photo, en utilisant par exemple des émoticônes. Ensuite, il fait une capture d’écran de  l’image, incluant son commentaire. Il fait reproduire cette capture d’écran en de grandes dimensions. Cette démarche est effectuée sans l’autorisation des auteurs des photos. Les propriétaires de ces « posts » sont de parfaits inconnus, mais aussi des célébrités

La pratique artistique de Prince n’est pas sans rappeler celle de Marcel Duchamp et du célèbre « ready-made ». De la même manière que l’auteur de la Fontaine, Prince expose des œuvres telles quelles, sans y apporter de modification majeure. En effet, le commentaire posté sous l’image, qui est une sorte de signature de l’artiste, est la seule participation de Prince à l’œuvre. Ce commentaire protège son travail car c’est celui-ci qui fait de l’œuvre une œuvre originale et empreinte de la personnalité de l’auteur. Le travail de Prince est donc exclu du plagiat selon la loi.

Certains de ces grands formats ont été vendus pour 100 000$, sans que les auteurs des photos ne soient prévenues ou bien rémunéré de quelque manière qu’il soit, comme Doe Deere qui a découvert récemment qu’une de ses photos faisait partie de la sélection.

insta

Richard Prince n’en est cependant à sa première usurpation et est tristement connu pour son travail de « rephotographie » depuis 1975. Il est d’ailleurs déjà passé devant les tribunaux après qu’un photographe français ai découvert que 35 de ses photos avaient utilisé par cet « artiste ».

Pour conclure.  La question qui se pose ici, c’est de savoir si l’ajout de commentaires (voire simplement d’un emoji) sous une capture d’écran, reproduite ensuite en grand format, est considérée comme une oeuvre d’art originale ? Nous aimerions bien avoir votre avis sur la question.

Catégories :Photographes à la Une.

Tagged as: ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s