Aller au contenu principal

Post-traitement dans le processus photographique

Le post-traitement fait se poser beaucoup de questions à de nombreux photographes débutants. Ceux plus accomplis ont souvent trouvé leurs réponses avec l’expérience. Comment apprendre le post-traitement ? Est-il légitime ou est-ce de la triche ? Pourquoi passer par le post-traitement ? Quel logiciel choisir ? Je crois que le flou qui règne autour du post-traitement vient essentiellement du fait qu’une définition claire doit être donnée. A mon sens, le post-traitement regroupe trois interventions ou actions qu’il convient de bien différencier.

Au travers cet article, je vais vous donner ma position quant au post-traitement dans ma pratique personnelle. Cela n’engage que moi bien sûr.  Photographier ce n’est pas uniquement préparer une séance et déclencher. Il est capital de bien organiser et classer ses photos, mais aussi de bien les traiter

Ma définition du post-traitement. Je tiens, pour commencer, à différencier les trois notions qui pour moi constituent le post-traitement dans ma pratique de la photographie.

  • le développement
  • le traitement
  • la retouche

Le développement. Si vous shootez en format Raw, vous savez que la phase de développement numérique de votre fichier est juste indispensable. Il s’agit d’un fichier brut qu’il vous faut développer pour obtenir une image. Le rendu brut d’une photo en fichier RAW est terne et fade. Elle nécessite un développement numérique permettant d’ajuster certains critères comme:

  • balance des blanc
  • saturation
  • contraste
  • exposition
  • noirs
  • hautes lumières

Le développement numérique est quasiment similaire de ce qui pouvait se faire en développement argentique. Le post-traitement a toujours exister. Les moyens n’étaient juste pas les mêmes et la réalisation beaucoup plus compliquée.

Le traitement.

Une fois le développement des photos réalisé, le traitement permet d’apporter quelques améliorations basiques à l’image comme :

  • aligner l’horizon pour qu’il soit bien droit
  • recadrer si nécessaire
  • travailler les couleurs
  • choisir l’option du noir et blanc
  • obtenir le rendu souhaité, ce que je nomme l’intention photographique, votre signature visuelle

La retouche. Pour moi cela consiste principalement à enlever des taches dues à des poussières malvenues sur le capteur ou l’objectif.

Traiter une photo ne revient donc pas à dénaturer ce qu’elle représente… Au contraire, cela permet de restituer ce que fut l’objet de la photo lorsque le photographe a décidé d’appuyer sur le déclencheur. Se priver du post-traitement c’est se priver d’apprécier ses photos. Je vais même aller jusqu’à dire que cela revient à désavouer son travail photographique.

Approche personnelle, artistique et émotionnelle. L’intention photographique, le post-traitement est aussi l’occasion pour vous d’apporter une petite touche personnelle dans vos image. Je parlais plus tôt d’intention… Et bien celle-ci ne découle pas seulement de la composition. Le post-traitement de l’image peut sensiblement apporter une ambiance particulière selon vos choix.

Les émotions que vous transmettez. Il faut bien garder à l’esprit que de toute démarche artistique et créative découle une émotion. C’est aussi pour cela que nous avons décidé de réfléchir à notre pratique photographique, pour l’émotion que nous ressentons et celle que nous pouvons restituer à l’aide de nos images.

Voici trois exemples pour appuyer l’importance d’un choix en post-traitement, le boitier seul n’est pas capable de transmettre cette émotion, aussi performant soit-il…

  • une sous-exposition donnera une atmosphère sombre, oppressante
  • une désaturation des couleur apportera un aspect rétro
  • un vignettage sur un cliché en noir & blanc laissera croire qu’il est ancien

Quel logiciel de post-traitement choisir ? Il est difficile de répondre à cette question tant il existe de logiciels qui font très bien le travail. Il n’y a pas vraiment de meilleur logiciel. Cependant, il y en a un qui se démarque un peu des autres… Celui qui actuellement remporte le plus grand succès est sans doute Lightroom. Au-delà de ses nombreuses qualité pour le développement numérique, il se distingue grâce à un système de tri très pratique à l’aide de mots clés, de référence d’appareil photo ou de l’objectif utilisé… Il offre aussi la possibilité de créer des collections. C’est un logiciel payant (12€/mois mais couplé à Photoshop).

Pour conclure. De la prise de vue au développement, chaque étape sera nécessaire afin de vous définir au fil du temps. Vous aimez photographier et surtout vous avez le goût d’éditer. Inspirez-vous d’autres photographes, sortez, allez voir des expos. En pratiquant le post-traitement organisé, vous allez développer un sens critique qui va vous aider à réaliser ce qui vous plaît. Le post-traitement s’avère efficace seulement si vous travaillez à la base avec une bonne photo. Il ne va jamais transformer une photo moyenne en image de qualité…


Si vous souhaitez maîtriser le logiciel Lightroom Classic, J’organise une formation qui s’adresse à tous les débutants qui souhaitent découvrir le traitement d’images et qui veulent commencer avec des bases solides. Le jeudi 24 mars de 09h00 à 15h00. Syllabus au terme de la formation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :