Aller au contenu principal

Six bonnes raisons d’acheter un objectif lumineux

Les objectifs qui présentent une plus grande ouverture de diaphragme ou une valeur plus petite (f/2.8, f/2, f/1.8, f/1.4, f/1.2) sont les plus convoités par les photographes et il ne faut pas s’en étonner car ce type d’objectif offre de nombreux avantages, en plus de fournir une netteté sans égal. Lisez la suite du post et découvrez les six raisons d’acheter un objectif lumineux.

Le flou sélectif. L’avantage le plus évident d’un objectif lumineux, c’est sa capacité à réduire la profondeur de champ. Les objectifs à l’ouverture maximale à partir de f/2.8 fournissent un bokeh très agréable. Certains photographes trouvent leur style particulier avec des diaphragmes de type f/1.4 et produisent des portraits efficaces où les yeux apparaissent correctement mis au point, tandis que la mise au point disparaît au niveau des oreilles du modèle. Vous procurer un objectif de ce type peut vous fournir de longues heures de divertissement et vous ouvrir la voie vers de nouvelles possibilités créatives.

Des conditions de lumière pauvres. Si vous faites partie de ceux qui considèrent encore le flash comme un accessoire trop avancé et compliqué, un objectif de ces caractéristiques-là vous aidera à obtenir de bons résultats dans des conditions de faible luminosité. Les photos en intérieurs, dans des édifices religieux ou pendant les dernières heures de la journée peuvent supposer un vrai défi s’il vous faut déclencher à la main et que votre seul recours consiste à augmenter l’ISO. La différence entre l’utilisation d’un diaphragme de f/5/6 et un autre de f/1.4 n’est rien de moins que 4 stops de lumière, ce qui peut supposer la différence entre déclencher une photo avec un ISO 6400 avec un bruit excessif et sa perte de netteté en conséquence, et la déclencher avec un ISO 400, une valeur plus qu’acceptable pour la plupart des appareils photo actuels.

Des vitesses plus élevées. Même en pleine journée, vous pourrez trouver d’une grande utilité le fait d’utiliser un diaphragme très ouvert de type f/2.8 pour réaliser des photos d’action. Avec une ouverture maximale à partir de cette valeur, les choses se simplifient beaucoup pour respecter la loi du carré inverse de la focale lorsqu’on utilise un téléobjectif. Vous éviterez ainsi d’avoir une photo floue et vous pourrez même utiliser des vitesses plus exigeantes pour photographier la faune en action, du sport ou des compétitions automobiles.

Photographie nocturne. Les optiques grand angle tirent aussi profit d’une grande ouverture, tout spécialement pour la réalisation de photos nocturnes. Sur de longues expositions, un objectif lumineux sur un trépied permet de réaliser des prises avec des temps d’exposition inférieurs avec un même ISO, ce qui s’avère d’un grand intérêt pour photographier des étoiles comme des points car les longues durées d’exposition imposées par des valeurs ISO faibles et des diaphragmes plus refermés donnent pour résultat des points qui apparaissent comme des traits lumineux, du fait du mouvement de rotation de la Terre.

Utilisation de doubleurs de focale. Lorsqu’on utilise un multiplicateur ou un téléconvertisseur entre son appareil et son objectif, on perd généralement entre un et deux stops de lumière, selon qu’on emploie un facteur de multiplication d’1,5x ou de 2x. Ainsi, si l’on installe, par exemple, un doubleur de focale (2x) sur une optique de 200 mm avec une ouverture maximale de f/5.6, on le transformera en une focale de 400 mm f/11 avec tous les inconvénients que cela suppose. Si à l’inverse, on réalise la même opération avec un 200 mm f/2.8, la combinaison finale sera équivalente à un 400 mm f/5.6, suffisante pour produire de très séduisants flous d’arrière-plan.

Profiter de la netteté de diaphragmes plus ouverts. L’ouverture optimale d’un objectif est là où celui-ci atteint sa plus grande netteté et elle se trouve invariablement dans les diaphragmes intermédiaires. À l’inverse, les pires valeurs de netteté se situent dans les diaphragmes extrêmes. Si, par exemple, vous utilisez un objectif f/2.8 en fermant un peu le diaphragme  jusqu’à f/4, vous obtiendrez un meilleur résultat qu’en utilisant un objectif f/4 -de qualité similaire- à son ouverture maximale.

Pour conclure. Vous avez maintenant six bonnes raisons d’acheter un objectif lumineux. Elles vous ont convaincu ? N’hésitez pas à me faire part de votre avis !


Un commentaire »

  1. Bonjour Philippe, bonjour tout le monde. Si je souscris entièrement à tes arguments, il en est un autre qui me chatouille : le prix de ces optiques en neuf ! Je suis le premier à souligner qu’un appareil photo n’est jamais qu’une chambre noire et qu’il faut soigner ses optiques plutôt, mais là, le ticket d’entrée est généralement au delà des 1500€, toutes marques confondues. Peut-être en profiter pour rappeler que la seconde main est une solution, soit à travers les sites bien connus, soit via MPB (https://www.mpb.com/fr-fr) car le matériel est vérifié normalement, soit en réutilisant des optiques venant de l’argentique (en faisant attention car une optique excellente en 1960 l’était pour les appareils de cette époque, pas pour nos capteurs ultra précis), soit en passant sur les stands d’Occaphot le 4 décembre, soit, in fine, quelques magasins de la place de Bxls. Belle journée à tous.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :