Aller au contenu principal

Photographe à la Une. William Klein, le pionnier de la photographie de rue

Klein, né en 1928 à New York, vit principalement en France depuis la fin des années 1940, date à laquelle il est arrivé en tant que soldat et y a finalement étudié l’art.  Sa carrière artistique a commencé en tant que peintre et pendant plusieurs années au cours des années 1950 et 1960, il a été photographe de mode pour Vogue.  Klein aime dire qu’il était un bon photographe de mode parce qu’il n’était pas vraiment une personne à la mode.  William Klein excellait dans la photographie de mode, mais ce qui le passionnait, c’était la représentation des rues et des gens, ce qui lui valut une place très spéciale dans l’industrie.

L’œuvre de William Klein nous noie, dès ses premières photos, dans la foule des grandes villes. D’abord New York, puis Rome, Moscou, Tokyo et Paris. Son travail nous projette dans le monde, dans la vie, les usages et les humeurs de ses habitants. Rompant ainsi la distance imposée par les normes sociales et la technique photographique, William Klein se mêle à la foule, s’en inspire.

© William Klein

Sans limites, sans règles et sans interdits, Klein expose New-York. C’est à ce moment que le grain, la violence des contrastes, les compositions complexes, les déformations et le bougé de la photographie de presse deviennent les éléments d’une démarche volontaire.

S’inspirant de l’esthétique brute du reportage et du style sensationnaliste des tabloïds, William Klein a bousculé les codes de la photographie de rue, mais aussi de mode, en étant l’un des premiers à faire sortir les mannequins des studios. Willian Klein est un artiste aux multiples facettes plus reconnu en Europe qu’aux États-Unis, où il est né.  Les photographies qu’il a prises au milieu des années 1950 en New York Ils sont parmi les plus connus et ceux qui l’ont propulsé vers la gloire.  Klein est souvent cité dans livres de la photographie avec Robert Frank comme l’un des pères de la photographie de rue, l’un de ces labels qui tente de classer un artiste difficile à classer dans une seule catégorie.

© William Klein

Mais sans aucun doute, il faut reconnaître que ses images uniques, granuleuses et constamment en mouvement, capturent parfaitement l’essence de New York, la lourdeur des foules et la solitude du passant.  L’importance de Willian Klein en tant que photographe réside dans le fait qu’il a montré, bien avant tant de films américains contemporains, à quoi ressemble le pays à travers un pare-brise et comment les publicités néon Les lumières clignotantes donnent une touche unique à chacune de ses villes, entre autres.

© William Klein

Les Français ont tendance à appeler Klein le photographe qui déteste les États-Unis, mais c’est peut-être trop extrême et un mot qui pourrait englober ce que ce génie ressent à propos de ce pays est la déception des diverses déclarations qu’il a faites à la presse.

Au fil des ans, ses photographies de New York, Rome, Moscou et Tokyo se sont démarquées, mais il a également expérimenté la réalisation de collages de photos et de dessins intéressants.

Klein est un artiste complexe et complet qui non seulement a enfreint les règles, mais a pris des risques en créant et c’est ce qui l’a mis à l’endroit où il se trouve aujourd’hui comme l’un des grands génies de la photographie.

Pour conclure. Il a su capter le bruit et la fureur avec son objectif et a inspiré des générations de photographes. William Klein s’est éteint à l’âge de 96 ans. Pour en découvrir plus, je vous invite à découvrir son compte Instagram.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :