Qui a dit que la photographie en noir et blanc était passée de mode ou réservée aux connaisseurs… Que nenni, au contraire en faisant disparaître les couleurs on s’attache au sujet qui révèle alors toute sa beauté. Découvrez avec nous les règles de cette photographie afin de réaliser vos plus beaux clichés monochromes.

Vous le savez sûrement, mais comme le cinéma et la télévision, la photographie fut d’abord monochrome. Les premières photographies étaient des sujets exposés pendant plusieurs heures (voire plusieurs jours) devant une plaque enduite d’un réactif. La technique évoluant, la photographie en noir et blanc s’est démocratisée avec le daguerréotype. Un plaque de cuivre est enduite d’une fine pellicule d’argent qui réagit alors à la lumière.

La photographie en noir et blanc se popularise au début du vingtième siècle. On voit alors se balader de nombreux photographes avec leur appareil sur trépied. La technique s’est améliorée mais la praticité n’est pas encore au rendez-vous, ce qui ne permet pas encore de toucher un large public. Dans les années 30 et 40, c’est l’âge d’or du photoreporter. Il faut dire que l’actualité (européenne notamment) fournit aux photographes de nombreux sujets: essor des dictatures (en Espagne, Italie et Allemagne), photographies de zones de combat et vie quotidienne de « l’arrière » sont autant de sujets qui sont pris d’assaut par des photographes comme Robert Capa ou Henri Cartier-Bresson (cf article sur le sujet).

Aujourd’hui, malgré l’essor du numérique, la photographie en noir et blanc résiste et séduit toujours plus d’adeptes. Alors, si vous souhaitez, vous aussi, vous lancer dans cette aventure ou la lumière est le maître mot, voici quelques astuces pour bien commencer.

Jouer sur les répétitions et sur la symétrie (non, pas l’asymétrie…). La répétition permet de capter l’attention. L’absence de couleur quand à elle ne vient pas parasiter l’image par des différences de tons qui perdraient l’oeil du spectateur. L’environnement urbain est plein de ces motifs répétitifs alors lancez vous à la recherche de ceux-ci. Généralement, qui dit répétition dit aussi symétrie. Qu’elle soit naturelle où le fruit d’une retouche sur logiciel, la symétrique renforce la répétition et la sublime, alors n’hésitez pas à jouer avec cette dimension géométrique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une composition simple, pour une compréhension claire.  Pour une photo en noir et blanc, la simplicité est le maître-mot. Elle permet de faire ressortir l’aspect graphique de votre composition. On ne parle pas ici de faire des clichés minimalistes, mais simplement de réduire la composition à l’essentiel.

Lone tree, Lake wanaka, New Zealand (black and white)

Le noir & blanc nécessite la mise en avant des textures.  A défaut de couleurs, la texture est essentielle. Dans un portrait notamment, les incrustations de la peau vont apporter un réalisme et une profondeur au sujet. En paysage, n’hésitez pas à jouer avec la lumière rasante qui révèle les ombres et, de fait, la texture.

Gorilla

Le contre jour en noir & blanc est votre allié.  De forts contrastes permettent de dramatiser une scène parfois banale. En photographiant en contre-jour, vous pourrez plus facilement accentuer ce contraste au moment du développement.

ombre et lumière

Voilà les quelques conseils que nous pouvions vous donner pour réaliser une photographie N&B de qualité. Le mieux reste la pratique, alors sautez sur votre boîtier et votre objectif et lancez vous. Dépassez le cliché du noir et blanc et révélez votre savoir-faire !

 

3 thoughts

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s